AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion    

Partagez | 
 

 Grand Prix Myriade d'Univers I: août 2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phénix
Admin
Admin
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 22/08/2014

MessageSujet: Grand Prix Myriade d'Univers I: août 2014   Mar 26 Aoû - 16:19

Pour la première édition du Grand Prix Myriade d'Univers, trois ouvrages de tous les genres, de toutes les tailles, de tous les auteurs, ont été jugés dignes d'être les lauréats du trophée ! Ce mois-ci, ce sont trois romans, très différents les uns des autres mais qui possèdent un point commun: ils sont excellents !

PREMIER PRIX MYRIADE D'UNIVERS : Daddy, de Loup Durand
    Se voit décerner la Plume de Diamant

RÉSUMÉ: Thomas, onze ans, n'est pas un garçon comme les autres. Outre sa formidable et inhumaine intelligence, quelque chose le distingue de la masse: pour la Gestapo, il vaut 724 millions de marks.
Que peut un enfant ordinaire contre le Reich entier ? Mais Thomas est bien plus que cela. Depuis sa naissance, sa mère, aussi brillante que lui l'est, a dressé autour de lui toutes les protections possibles imaginables, et bien davantage. Mais les tireurs d'élite et les gardes du corps de Thomas, qui le suivent partout comme des ombres, ne suffiront pas pour soustraire celui-ci à la ruse et à l'intelligence de Gregor Laemmle, ancien professeur de philosophie et cerveau de la Gestapo.
Mais alors que l'histoire, menée par Thomas comme une capitale partie d'échecs, semble se conclure par la victoire écrasante des nazis, apparaît sur le plateau de jeu un américain mystérieux qui pourrait bien être le père du garçon... et en quelque sorte, tout renverser.

CRITIQUE: Pour raconter avec un tel brio l'histoire de l'affrontement de deux intelligences supérieures, il faut soi-même être un génie. Conclusion: Loup Durand en est un. Roman palpitant, captivant, fabuleusement bien ficelé, excellemment bien écrit, entremêlant avec talent action et réflexion, cet ouvrage enchaîne les qualités indiscutables. Certains personnages en sont même fascinants, et malgré ses raisonnements brillants, Thomas demeure attachant par sa candeur d'enfant. De plus, au centre de tout ce qui peut paraître être un roman policier, c'est un très beau message de solidarité et d'entraide inconditionnelles qui nous est délivré. Unique point noir sur le tableau: le titre. Comment peut-on résumer un chef-d'œuvre en l'appelant simplement "Daddy" ?


DEUXIÈME PRIX MYRIADE D'UNIVERS: Le Jour des fourmis, de Bernard Werber
    Se voit décerner la Plume de Rubis

RÉSUMÉ: Les humains sont-ils des dieux ? Sont-ils des monstres ? Tandis que pour la première fois, le monde des fourmis est en proie à une grande interrogation spirituelle, une soldate de la fourmilière de Bel-o-kan partira en croisade pour résoudre ces énigmatiques questions. Mais simultanément, chez les Hommes, tandis que la famille Wells est toujours enfermée dans une cave et tente de trouver de nouvelles solutions pour survivre, d'étranges et incompréhensibles meurtres sont perpétrés. Le commissaire Jacques Méliès se verra confier la résolution de l'affaire qui le mènera à une conclusion incroyable et terriblement déroutante. Et si tout était lié ?

CRITIQUE: Si on apprend moins de choses que dans le premier tome de la série, soit "Les fourmis", ce livre qui commence déjà à pencher dans la science-fiction pure et simple nous enseigne tout de même beaucoup d'anecdotes très intéressantes. Cet ouvrage peut se lire indépendamment de son prélude, même s'il n'est que le second volet de la trilogie des fourmis. Encore une fois, on peut reconnaître un certain génie à Bernard Werber pour avoir dévoilé le monde passionnant des fourmis, nous faire nous intéresser à des insectes que nous écrasons généralement du pied et... avoir carrément imaginé ce qu'une fourmi penserait des humains, si elle avait la capacité de discuter avec eux...


TROISIÈME PRIX MYRIADE D'UNIVERS : La mort du roi Tsongor, de Laurent Gaudé
    Se voit décerner la Plume de Saphir

RÉSUMÉ: Fils de roi, Tsongor n'a rien hérité de son père. Son royaume, il l'a conquis à cheval, poussant son invincible armée toujours plus loin, pillant les villes, anéantissant des peuples, jusqu'à édifier la capitale de son empire, la fabuleuse Massaba.
   Un seul homme a jamais osé le défier de face au mépris de la mort: cet homme, c'est Katabolonga, dont il a massacré les femmes et les enfants. En échange de ses services, Katabolonga a reçu à la fois un privilège et un fardeau: c'est lui qui, quand il le décidera, pourra tuer le roi. Tsongor le lui a promis.
    La veille du mariage de sa fille Samilia avec un prince, Tsongor sent venir la mort. Un ami d'enfance de Samilia vient exiger de l'épouser, en raison d'une promesse d'enfance qu'ils se sont fait. Plutôt que de choisir entre ces deux prétendants, Tsongor préfère mourir; mais ce choix et les appels à la paix de Katabolonga sont inutiles: la guerre est déclarée. Les enfants Tsongor sont déchirés entre deux camps, et Samilia elle-même, que tous désirent et sacrifient, ne sait ce qu'il convient de faire.
    Pendant que Massaba est assiégée et que les hommes s'entretuent, le plus jeune fils de Tsongor, Souba, part et parcourt le continent pour réaliser la dernière volonté de son père. Il édifiera sept tombeaux à Tsongor, pour qu'enfin, lorsqu'il aura terminé, celui-ci puisse partir en paix...

CRITIQUE: Pour qualifier ce livre, un mot me semble résumer tous les détails dont je parlerai par la suite: excellent. Pendant tout l'ouvrage, l'auteur jongle avec brio avec toutes les facettes de l'histoire: tour à tour roman initiatique, tragique, épique, romantique... Tout est sujet à contraste, par exemple la personnalité de Tsongor, personnage à la fois antipathique et très touchant dont le principal trait de caractère est sûrement celui-ci: il est humain. Toutes les interactions entre les figures de l'histoire sonnent vraies. Ce roman se lit très facilement, mais contrairement à un certain nombre d'ouvrage, cette qualité n'entraîne pas le défaut majeur qu'est une écriture pauvre et standard. Riche en vocabulaire, particulier par ses phrases réduites et efficace, le style aux tournures caractéristiques recrée au mieux l'atmosphère de cette Afrique imaginaire. La mort du roi Tsongor, c'est un mélange d'Iliade et d'Odyssée qui s'entremêlent...

Le prochain prix sera décerné fin septembre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myriadedunivers.forumactif.fr
 
Grand Prix Myriade d'Univers I: août 2014
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grand Prix du Brésil 2007 Kimi Raikkonen (champion du monde)
» Grand Prix Beauté 2010
» Renault - Formule 1 Grand Prix d’Europe 2016
» Grand - Prix de Malaisie 2008
» F1 GP d'Allemagne 2012:(essais libres-1-2-3-Qualifications)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Myriade d'Univers :: Passions littéraires :: Grand Prix du Mois-
Sauter vers: