AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion    

Partagez | 
 

 Rudiments de l'astronomie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phénix
Admin
Admin
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 22/08/2014

MessageSujet: Rudiments de l'astronomie   Mar 26 Aoû - 16:24

Voici une petite présentation de notre système solaire et quelques éléments concernant la base de l'astronomie:

Tout ce qui existe, fait partie d'un Tout qu'on nomme l'Univers, et qui, selon la plupart des scientifiques, serait infini. L'Univers serait né il y a 13, 7 milliards d'années au moment du Big Bang, une titanesque explosion qui libéra une formidable quantité d'énergie. 400 000 ans après cet évènement, les protons et les électrons s'étant stabilisés, naquit l'atome d'hydrogene, celui dont la structure est la plus simple car il ne possède qu'un seul électron.
L'Univers est essentiellement constitué de vide, c'est-à-dire d'absence de matière, à l'intérieur duquel "flottent" des amas solides ou gazeux: les galaxies, les étoiles, les planètes, les satellites, les comètes et tant d'autres, sont appelés "corps célestes".

Une galaxie est un ensemble d'étoiles, de planètes, de petits corps, de gaz, de poussière et de matière noire, au centre duquel se tient souvent un trou noir supermassif, c'est-à-dire un objet céleste dont le champ gravitationnel ( la force qui attire la matière vers lui ) est si puissant que rien, pas même la lumière ne peut en sortir. Notre galaxie, celle dans laquelle se trouve notre système solaire, se nomme la Voie Lactée. Née il y a environ 13, 2 milliards d'années, elle concentre en son sein près de 300 milliards d'étoiles...

... dont le Soleil. Mais déjà faut-il savoir la différence entre une étoile et une planète. Il est possible de croire que les deux "brillent", mais c'est pour deux raisons opposées: en effet une étoile produit sa propre énergie rayonnante, tandis qu'une planète se contente de refléter celle d'une étoile. Également, la masse joue beaucoup: pour être considéré comme une étoile l'objet céleste doit avoir une masse au minimum égale à 0.07 fois celle de notre soleil (c'est-à-dire environ 7% de 2x10 puissance 30 kg)

Grand comme 110 fois la Terre, représentant à lui seul 99, 8 % de la masse de notre Système Solaire, le Soleil est le centre de ce Système. Autour de lui tournent en un orbite plus ou moins elliptique toutes les planètes et les petits corps qu'il contient, happés par son immense force gravitationnelle. Le Soleil est une étoile de type naine jaune, formée essentiellement d'hydrogène et d'hélium, dont le noyau brûle à 15 millions de °C. Et, petit détail: en une seconde, il dégage 3,9 suivi de 26 zéros Joules (l'unité de l'énergie), à savoir environ un million de fois la consommation énergétique annuelle planétaire...

Huit planètes tournent autour du Soleil :

Diamètre - Distance au soleil - Vitesse de révolution - Vitesse de rotation
Mercure 4880 km 58 millions de km 88 jours 59 jours

Vénus 12 104 km 108 millions de km 224 jours 243 jours

Terre 12 756 km 150 millions de km 365, 25 jours 1 jour

Mars 6796 km 228 millions de km 687 jours 24 h et 39 min

Jupiter 142 800 km 778 millions de km 12 années terrestres environ 9h et 55 minutes

Saturne 120 600 km 1427 millions de km 29 années terrestres 10h et 39 min

Uranus 51 200 km 2870 millions de km 84 années terrestres 17h et 14 min

Neptune 49 500 km 4497 millions de km 165 années terrestres 16h et 03 min

Les quatre premières sont des planètes dites "telluriques" de par leur composition rocheuses; les quatre dernières sont des géantes gazeuses et possèdent des anneaux de roches et de poussière. Pour se souvenir de l'ordre et du nom des planètes du Système, on peut retenir la phrase: "Me Voici Tout Mouillé, J'ai Suivi Un Nageur", chaque première lettre d'un mot correspondant à la première lettre du nom d'une planète.

La plupart de ces planètes sont des satellites naturels, c'est-à-dire de petites planètes qui tournent non pas autour d'une étoile, mais d'une autre planète.
Mercure et Vénus n'ont pas de satellite naturel.
La Terre en a un: il s'agit de la Lune.
Mars en a deux, Phobos et Deimos.
Jupiter en a plus de 60 déjà répertoriés (je m'abstiendrai de citer le nombre exact, sachant qu'il aura changé d'ici une semaine), dont les plus connus, les satellites dits "galiléens" du nom de leur découvreur, sont Io, Europe, Callisto et Ganymède.
Saturne en a plus de 50 répertoriés, dont le plus connu est Titan.
Uranus en a 27 répertoriés, dont le plus grand est Titania.
Neptune en a 13 répertoriés, le plus grand étant Triton.

Entre Mars et Jupiter, se trouve une ceinture d'astéroïdes constituée de plus de 40 000 petits corps, dont le plus fameux est Éros. Une seconde ceinture d'astéroïdes, nommée la ceinture de Kuiper, se trouve bien plus loin que Neptune et est qualifiée d'objet "transneptunien".

Le système solaire contient aussi cinq planètes naines référencées: Éris, Makemake, Cérès, Haumea et Pluton, "rétrogradé" en 2006.

On peut également citer les comètes, c'est-à-dire les petits corps constitué d'un noyau sphérique de glace et d'une longue traine enflammée de poussière et de résidus, en orbite autour d'une étoile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myriadedunivers.forumactif.fr
Oncdonald
Plume de saphir
Plume de saphir


Messages : 197
Date d'inscription : 18/12/2014

MessageSujet: Re: Rudiments de l'astronomie   Ven 19 Déc - 12:06

La traine semble enflammée mais ce ne sont jamais que des poussières qui se mettent à briller en approchant du soleil. Nos ne sommes pas sur la comète de Guy l'Éclair (Flash Gordon) de Mac Raboy, qui possédait toute une civilisation avec bien entendu le méchant prince qui voulait régner seul au détriment de son frère.
Tu parlais du Big Bang, il y a un texte Tibétain datant de 8000 ans qui le décrit, la Bible était encore à écrire quand il est paru, ce sont les stances de Dzyan (le titre étant adapté librement du Tibétain d'origine par madame Blavatsky, une aventurière de la fin du XIXème qui a fait énormément de choses et a même un temps été bandit au far west)...
Le texte est assez troublant.

Stance I
1. L'Éternelle Ancêtre, enveloppée dans ses Robes à jamais
Invisibles, avait de nouveau sommeillé pendant Sept Éternités.

2. Le Temps n'était pas, car il dormait dans le Sein Infini de la
Durée.

3. Le Mental Universel n'était pas, car il n'y avait pas de Ah-hi
pour le contenir.

4. Les Sept Chemins de Béatitude n'étaient pas. Les Grandes Causes de
la Misère n'étaient pas, car il n'y avait personne pour les produire,
ni pour tomber dans leur piège.

5. Les Ténèbres seules remplissaient le Tout sans Bornes, car le
Père, la Mère et le Fils étaient de nouveau un, et le Fils ne s'était
pas encore réveillé pour la Roue nouvelle et son Pèlerinage sur elle.

6. Les Sept Seigneurs Sublimes et les Sept Vérités avaient cessé
d'être, et l'Univers, Fils de la Nécessité, était plongé en
Paranishpanna, pour être exhalé, par le souffle de ce qui est, et
cependant n'est pas. Rien n'était.

7. Les Causes de l'Existence avaient été éliminées; le Visible qui
avait été, et l'Invisible qui est, reposaient dans le Non-Être
Éternel, - l'Être Unique.

8. Seule, l'Unique Forme d'Existence s'étendait sans bornes, infinie,
sans cause, dans un Sommeil sans Rêves; et la Vie vibrait
inconsciente dans l'Espace Universel, partout en cette Présence
Absolue qui est ressentie par l'Oeil Ouvert de Dangma.

9. Mais où était Dangma lorsque l'Alaya de l'Univers était en
Paramârtha, et que la Grande Roue était Anupâdaka?

Stance -II-
1. … Où étaient les Constructeurs, les Fils Lumineux de l'Aurore
Manvantarique? … Dans les Ténèbres Inconnues, dans leur Ah-hi
Paranishpanna. Les Producteurs de la Forme depuis la Non-Forme, - la
Racine du Monde, - Dévamâtri et Svabhâvat, reposaient dans la
Félicité du Non-Être.

2. … Où était le Silence? Où se trouvaient les oreilles pour le
percevoir? Non, il n'y avait ni Silence, ni Son : rien que le Souffle
Éternel, qui ne cesse jamais, qui ne se connaît pas lui-même.

3. L'Heure n'avait pas encore sonné; le Rayon n'avait pas encore
jailli dans le Germe; la Mâtripadma ne s'était pas encore gonflée.

4. Son Coeur ne s'était pas encore ouvert pour laisser entrer le
Rayon Unique et le laisser tomber ensuite, comme Trois en Quatre,
dans le Sein de Mâyâ.

5. Les Sept n'étaient pas encore nés du Tissu de la Lumière. Les
Ténèbres seules étaient Père-Mère, Svabhâvat : et Svabhâvat était
dans les Ténèbres.

6. Ces Deux-là sont le Germe, et le Germe est Un. L'Univers était
encore caché dans la Pensée Divine et dans le Sein Divin.

Stance -III-
1. … La dernière Vibration de la Septième Éternité tressaille à
travers l'Infini. La Mère se gonfle, elle croît de dedans en dehors,
comme le Bouton du Lotus.

2. La Vibration se propage soudain, touchant de son Aile rapide tout
l'Univers et le Germe qui réside dans les Ténèbres, les Ténèbres qui
soufflent sur les Eaux sommeillantes de la Vie.

3. Les Ténèbres rayonnent la Lumière, et la Lumière laisse tomber un
Rayon solitaire dans les Eaux, dans l'Abîme-Mère. Le Rayon traverse
rapidement l'Oeuf Vierge; il fait frissonner l'Oeuf Éternel, qui
laisse tomber le Germe non éternel, qui se condense en l'Oeuf du
Monde.

4. Les Trois tombent dans les Quatre. L'Essence Radieuse devient Sept
en dedans et Sept en dehors. L'Oeuf Lumineux, qui en lui-même est
Trois, se coagule et s'étend en caillots blancs comme du lait dans
les Profondeurs de la Mère, la Racine qui croît dans les Profondeurs
de l'Océan de Vie.

5. La Racine demeure, la Lumière aussi, les Caillots également, et
cependant Oeaohu est Un.

6. La Racine de la Vie était en chaque Goutte de l'Océan de
l'Immortalité, et l'Océan était la Lumière Radieuse, qui était Feu,
Chaleur et Mouvement. Les Ténèbres disparurent et ne furent plus;
elles disparurent dans leur propre Essence, le Corps de Feu et d'Eau,
du Père et de la Mère.

7. Vois, ô Lanou, l'Enfant Radieux des Deux, la Gloire
resplendissante sans pareille : l'Espace Brillant, Fils de l'Espace
Obscur, qui émerge des Profondeurs des grandes Eaux Sombres. C'est
Oeaohu, le plus Jeune, le ***. Il resplendit comme le Soleil. Il est
le Dragon de Sagesse, Flamboyant, et Divin; l'Eka [ Eka = un, Chatur
= quatre, Tri = trois, Sapta = Sept; Tridasha : Tri = trois X par
dasha (dix) = trois dizaines, ou une armée.] est Chatur, et Chatur
s'approprie Tri, et l'Union produit le Sapta, en qui sont les Sept
qui deviennent le Tridasha, les Armées et les Multitudes. Vois-le,
relevant le Voile et le déployant, de l'Orient à l'Occident. Il cache
ce qui est en Dessus, et laisse voir le Dessous comme la Grande
Illusion. Il désigne leurs places aux êtres Lumineux, change le
Dessus en une Mer de Feu sans rivages, et change l'Un manifestéen les
Grandes Eaux.

8. Où était le Germe, où étaient alors les Ténèbres? Où est l'Esprit
de la Flamme qui brûle dans ta Lampe, ô Lanou? Le Germe est Cela, et
Cela est la Lumière, le Blanc et Brillant Fils du Père Obscur et
Caché.

9. La Lumière est la Flamme Froide, et la Flamme est le Feu, et le
Feu produit la Chaleur qui donne l'Eau, - l'Eau de Vie dans la Grande
Mère.

10. Le Père-Mère tisse une Toile dont l'extrémité supérieure est
attachée à l'Esprit, - la Lumière des Ténèbres-Unes, - et l'extrémité
inférieure à son ombre, la Matière. Cette toile est l'Univers, tissé
avec les Deux Substances combinées en Une, qui est Svabhâvat.

11. Cette Toile s'étend lorsque le Souffle de Feu la couvre; elle se
contracte lorsque le Souffle de la Mère la touche. Alors, les Fils se
séparent et se dispersent pour rentrer dans le Sein de leur Mère, à
la fin du Grand Jour, et redevenir un avec elle. Lorsqu'elle se
refroidit, elle devient rayonnante. Ses fils se gonflent et se
contractent par leur propre Soi et par leur Coeur; ils embrassent
l'Infini.

12. Alors Svabhâvat envoie Fohat pour durcir les Atomes. Chacun est
une partie de la Toile. Réfléchissant « le Seigneur Existant par Lui-
même », comme un Miroir, chacun devient, à son tour, un Monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phénix
Admin
Admin
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 22/08/2014

MessageSujet: Re: Rudiments de l'astronomie   Ven 26 Déc - 11:36

J'en reviens au 2 qui est assez intéressant. Une hypothèse -ou théorie ? je m'emmêle ! - dit qu'il n'y avait rien avant le Big Bang, parce que c'est lui qui a créé le temps, et sans temps, l'avant n'existait pas ! Je trouve ça troublant mais passionnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myriadedunivers.forumactif.fr
Oncdonald
Plume de saphir
Plume de saphir


Messages : 197
Date d'inscription : 18/12/2014

MessageSujet: Re: Rudiments de l'astronomie   Sam 27 Déc - 7:32

C'est passionnant et en effet dur à comprendre. Ceux qui peuvent l'expliquer le font avec des maths et c'est encore pire. Alors je préfère les stances de Dzyan, au moins c'est poétique... je connais un chercheur au CNRS, c'est un type un peu dans le genre du savant atomiste dans "le voyageur du Mesozoïque" il a la tête qui fourmille sans cesse d'équations. Il a essayé de m'expliquer l'univers en expansion qui cause le temps : l'univers gonfle comme une bulle gigantesque et son rayon c'est le temps. Une fois qu'on t'a dit ça tu n'est pas beaucoup plus avancé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phénix
Admin
Admin
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 22/08/2014

MessageSujet: Re: Rudiments de l'astronomie   Sam 27 Déc - 10:54

Au contraire je trouve que c'est le genre de métaphore qui inspire !
Ce qui me perd, aussi, ce sont les hypothèses de fin de l'univers: Big Crunch, Big Rip et Big Freeze. J'oublie une fois sur deux ce qui correspond à quoi... Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myriadedunivers.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rudiments de l'astronomie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rudiments de l'astronomie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Myriade d'Univers :: Passions scientifiques :: Astronomie-
Sauter vers: