AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion    

Partagez | 
 

 Les Enfers dans la mythologie grecque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phénix
Admin
Admin
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 22/08/2014

MessageSujet: Les Enfers dans la mythologie grecque   Mar 2 Sep - 8:39

I- Guide touristique
Tout d'abord, la mythologie grecque possède un dieu des Enfers à part entière. Lors du partage du monde en trois, entre les frères Zeus, Poséidon et Hadès, ce fut ce dernier qui hérita du royaume souterrain et de la fonction de divinité de la mort. Tous les Grecs, par conséquent, craignaient Hadès, au point d'avoir peur de prononcer son nom, pensant qu'il attirerait sur eux une implacable malédiction. Mais s'il est dans le domaine de la mort la figure la plus célèbre de la Grèce antique, les initiés que vous êtes savez bien qu'il ne représente que la face visible de l'iceberg. Derrière lui, se cache un monde des morts bien plus complexe et plus intéressant, qui comporte ses divinités secondaires au même titre que les mondes terrestre et aérien.
Au moment de la mort d'une âme, celle-ci, selon la mythologie, est conduite à l'entrée des Enfers par le messager des dieux, Hermès, et arrive sur la rive d'un fleuve souterrain, l'Achéron, à la surface duquel nagent des spectres perdus. De nombreuses autres âmes errent sur le rivage, sans pouvoir pénétrer à l'intérieur même des Enfers. Ce sont tous les défunts auxquels manque la traditionnelle pièce de monnaie, ou obole, déposée entre leurs lèvres et qui devait servir à payer Charon. Celui-ci est le passeur de l'Achéron. En échange d'un don, il accepte de faire traverser les morts sur sa barque qui demeure le seul moyen de franchir le fleuve. Ceux qui ne peuvent le payer sont condamnés à demeurer sur la rive pendant cent ans.
Le mort accoste ensuite à l'intérieur des Enfers et passe devant les trois redoutables têtes du chien Cerbère qui en garde l'entrée. Il arrive alors en face des trois juges des Enfers, Minos, Éaque et Rhadamante, trois fils de Zeus élevés au rang de divinités et choisis pour leur sens de la justice et de l'équité. C'est à eux que revient la tâche d'examiner la vie du défunt, pour décider s'il mérite la paix ou bien le supplice éternel. Le mort, sans possibilité de retour, est alors envoyé dans une des zones des Enfers selon ses actes passés:
L'Erèbe, tout d'abord, nommé comme un fils du Chaos originel, est l'équivalent du Purgatoire chrétien et la moins connue des zones infernales. C'est là que les morts, pendant un temps, peuvent expier leurs fautes passées pour ensuite prétendre à échapper au Tartare.
La plaine des Asphodèles est le lieu de résidence éternel des indécis, des gens heureux, des personnes qui n'ont jamais accompli quoi que ce soit de particulier et ont simplement vécu.
Les Champs-Élysées sont un pays de fête et de bonheur continuels ou un soleil radieux rayonne constamment. C'est là que sont envoyés les héros, les justes et les gens dont la vie a été marquée par des actes exceptionnels de grande bonté.
Le Tartare, à l'opposé des Champs-Élysées, est le séjour des méchants. On appela d'abord ainsi le lieu le plus profond du monde, plus encore que les Enfers, où les dieux enfermèrent dans un premier temps les Titans pour les punir. Dans le Tartare sont envoyés les criminels et les meurtriers (voir plus loin Ixion, Tantale, Sisyphe, etc).
Les Enfers sont également traversés par de nombreux fleuves, chacun possédant sa particularité:
Le Styx, est le plus célèbre d'entre eux (au moins pour vous, puisque c'est le seul juron que j'utilise). Il revêt une symbolique particulière puisque les dieux juraient sur le Styx pour promettre de respecter leur parole. S'ils brisaient alors leur engagement, ils étaient sévèrement punis. C'est dans ce fleuve que Thétis, une Néréide, plongea son fils Achille pour le rendre invulnérable. Fort intelligemment, elle le tint par le talon et non par les cheveux, une flèche déviée frappa le jeune homme pile au bon endroit, et il mourut (merci maman...). C'est ballot, mais c'est une autre histoire.
L'Achéron est traversé par Charon pour mener les âmes à l'intérieur des Enfers. S'y tiennent les championnats de natation infernaux; tous les morts refusés par le passeur y errent pour longtemps. Au départ, Achéron était un dieu, qui fut précipité dans les Enfers par Zeus pour avoir fourni de l'eau aux Titans assoiffés.
Le Léthé est le fleuve de l'oubli. Une légende subsiste dans la mythologie grecque comme quoi certaines âmes avaient la possibilité de se réincarner (afin d'éviter la surpopulation des Enfers, cela s'entend). Elles buvaient alors l'eau du Léthé pour perdre tous leurs souvenirs.
Le Cocyte est un fleuve aux eaux glaciales né des pleurs des condamnés au Tartare. Le Phlégéton, lui, est un fleuve de feu. L'Achéron prend d'ailleurs sa source au lieu exact où les deux s'unissent.
Dernière précision avant de clore de petit guide, d'autres zones des Enfers peuvent exister selon les mythes et les versions. La plus connue est le champ des Pleurs, où étaient réunis les morts décédés d'une peine d'amour, et qui conduit aux Champs-Élysées à droite et au Tartare à gauche. Il s'agit ensuite de savoir reconnaître l'une de l'autre.

II- Personnages célèbres des Enfers
Je vous ai déjà parlé de Hadès, figure emblématique des Enfers, et de Charon, le passeur de l'Achéron, à ne surtout pas confondre d'ailleurs avec Chiron (ce dernier est un centaure et précepteur de héros tels qu'Achille, alors que Charon ne gagne pas même le SMIG). Je vais maintenant vous parler des divinités secondaires du royaume souterrain:
Perséphone, aussi nommée Coré, aussi nommée Proserpine, aussi nommé... non, je plaisante, je m'arrête là, est la fille de Zeus et de Déméter. Adulée par sa mère, regardée d'un œil bienveillant par son père du fait de sa beauté, la jeune femme toucha le cœur du dieu des Enfers. Un jour qu'elle se promenait en compagnie de ses amies les nymphes pour cueillir des fleurs, la terre s'ouvrit subitement en deux, Hadès apparut et enleva la jeune fille, laquelle poussa alors un cri si désespéré que sa mère l'entendit. Pendant neuf jours et neuf nuits, la déesse parcourut alors le monde à sa recherche, sans succès; de plus Poséidon, tombé amoureux d'elle, la poursuit de ses avances et se métamorphose en cheval quand elle se transforme en jument pour lui échapper. Le dixième jour, elle alla quérir l'aide d'Hécate, divinité de la magie, qui avait elle aussi entendu le déchirant hurlement. Toutes deux allèrent trouver Hélios, le Soleil qui voit tout, et qui consentit à leur révéler que le ravisseur de Perséphone n'était autre qu'Hadès. Folle de colère, Déméter jure qu'elle ne reviendra pas sur l'Olympe tant que sa fille ne lui sera pas rendu et traverse toute la Terre à sa recherche sous les traits d'une vieille femme humaine. Durant son périple, elle trouve refuge dans la ville d'Éleusis, au nord d'Athènes, chez le roi Céléos, sa femme Métanire et le fils de ces derniers, Démophon, dont elle devient la nourrice. Pour remercier ses hôtes, la déesse décide de rendre immortel le jeune garçon et pour cela, le trempe chaque nuit dans un feu purificateur. Mais un jour, la mère la découvre et croyant que Déméter tente de tuer son fils, pousse un cri; la déesse, surprise, laisse alors tomber l'enfant. Après le drame, elle révèle aux parents éplorés sa véritable identité et pour se faire pardonner, enseigne à leur second fils l'art de l'agriculture, puis repart d'Athènes. Sa colère envers le monde entier et le sol qui s'est rendu complice de l'enlèvement de Perséphone ne faiblit pas, au point qu'elle délaisse ses devoirs de déesse. Sans son concours, les plantes meurent et les cultures ne donnent aucun résultat: le bétail n'est plus nourri, les hommes sont affamés et plus rien ne poussé. Effarés par ce résultat, les dieux la supplient de revenir; rien n'y fait, Perséphone est la seule qui pourra, par son retour, faire fléchir sa mère. Pour éviter la catastrophe, Zeus contraint alors Hadès à sa rendre à sa génitrice la jeune fille prisonnière. Mais par malheur, cette dernière a mangé un pépin de grenade dans le royaume souterrain, et toute personne qui absorberait de la nourriture dans les Enfers doit y rester pour l'éternité. Finalement, un compromis est trouvé: Perséphone passera six mois par an avec sa mère, et les six autres en compagnie de son mari. Ce mythe est à l'origine des saisons: durant l'automne et l'hiver, Déméter est triste d'être séparée de son enfant et la terre reste nue; mais dès le retour à la surface de la reine des Enfers, la mère est à nouveau joyeuse et pour le printemps et l'été, les cultures renaissent. Dans certaines versions, Perséphone ne gouverne les Enfers que trois mois par an, durant l'hiver, mais cette interprétation me déplaît car elle fait d'Hadès un sous-doué en affaires.
Les trois Moires, aussi appelées Parques dans la mythologie latine, sont les déesses du destin, filles de Zeus, le roi des dieux, et de Thémis, la divinité de la justice. Elles demeurent dans un palais de bronze voisin de l'Olympe où elles décident des vies de tous les mortels, sans exception, en les dessinant sur les murs de leur demeure. Clotho, la Fileuse, donne naissance au fil qui symbolise la vie de chaque individu. Lachésis, le Sort, veille à son déroulement. Atropos enfin, l'Inflexible, le tranche à l'heure de la mort venue. Elles seules choisissent le moment de la vie et de la mort, et personne, même Zeus, ne peut influencer d'une quelconque manière leur décision... et personne ne peut effacer ce qu'elles ont écrit.
Thanatos, fils de Nyx, la nuit, et frère jumeau d'Hypnos, le sommeil, est le dieu de la Mort. Ce génie ailé venait à la rencontre des mortels quand le temps que ceux-ci avaient à vivre était écoulé. Il leur coupait alors une mèche de cheveux, qu'il destinait à Hadès en guise d'offrande, puis emportait le corps. Selon une autre version, c'est Hermès, Mercure dans la mythologie latine, qui guidait l'âme jusqu'au royaume des morts. S'ensuivait ensuite pour le défunt le trajet détaillé plus haut.
Les Erinyes, trois déesses volantes et coiffées de serpent, étaient nées du sang d'Ouranos. Déesse de la vengeance, elles parcouraient la Terre à la recherche de criminels qu'elles accablaient de châtiments: douleur, souffrance, mort, torture, sacrifice ou même malédiction d'une famille entière. Leur action s'étendait même jusqu'au royaume d'Hadès: dans le Tartare, c'étaient à elles que revenait la tâche de punir les méchants. La mythologie latine donne un nom parfaitement révélateur à ces divinités d'une violence inouïe: elles sont surnommées les Furies.

III- Dans les profondeurs du Tartare
Voici quelques-uns des plus célèbres hôtes du Tartare...
Sisyphe, pour commencer. Fils d'Éole, le dieu des vents, il était le plus rusé des mortels (pour les admirateurs d'Ulysse, rassurez-vous, il ne sera pas oublié). Afin d'obtenir une source pour la ville de Corinthe, il révéla à la divinité fluviale Asopos que Zeus avait enlevé sa fille; mais le maître des dieux, en colère, envoya Thanatos le châtier. Qu'à cela ne tienne; Sisyphe l'emprisonna dans une amphore. Au moment de mourir, il demanda à sa femme de ne pas l'ensevelir selon les règles et une fois aux Enfers, s'en plaignit à Hadès, lequel lui donna l'autorisation de revenir sur Terre pour la punir. Il vécut encore de nombreuses années, jusqu'à ce que Zeus, exaspéré, envoie Hermès le chercher et lui impose un supplice terrible: il devra, inlassablement, faire rouler un rocher jusqu'en haut du montagne, lequel dégringolera dès qu'il sera au sommet; il devra alors le faire remonter. Cette punition est l'incarnation de l'effort inutile et insensé par lequel les dieux punissent les hommes trop orgueilleux.
Fils de Zeus et apprécié des dieux, Tantale gouvernait une riche contrée d'Asie. Il participait souvent aux festins sur l'Olympe, mais bientôt, on lui reprocha d'avoir répété des secrets qu'il y avait entendu et d'avoir volé de l'ambroisie et du nectar pour rendre immortels ses sujets. Mais un jour, il fit bien pire: pour tester la perspicacité des dieux, il fit préparer un ragoût avec les morceaux de son propre fils, Pélops. Les membres du panthéon s'en aperçurent aussitôt; seule Déméter avait déjà eu le temps de goûter à ce plat monstrueux. Scandalisés par cet affront et l'inhumanité de Tantale, les dieux rendirent la vie à Pélops, lui offrirent une nouvelle épaule en ivoire pour remplacer celle mangée par Déméter, puis condamnèrent le père au supplice. Dans les profondeurs du Tartare, il fut plongé jusqu'au cou dans une source au-dessus de laquelle pendaient de délicieux fruits. Mais dès que Tantale voulait s'abreuver ou se rassasier, l'eau se retirait et les branches s'éloignaient, le condamnant à demeurer affamé et assoiffé pour l'éternité.
À son mariage, Ixion commit un cime double: il refusa de payer une dot à son beau-père et le tua. Tous les dieux voulurent le condamner, excepté Zeus qui le pardonna et l'invita même à un banquet sur l'Olympe. Loin d'être reconnaissant, Ixion tenta de séduire Héra qui s'en plaignit à son mari. Cette fois-ci, fou de rage, Zeus modela un nuage à l'image de son épouse et l'envoya à Ixion qui s'unit à cette copie. Pour le punir, Zeus ordonna à son messager, Hermès, de fouetter l'ingratitude sans pitié, puis de l'attacher au fin fond du Tartare, avec des serpents, à une roue enflammée qui tournerait sans relâche.
Le roi Danaos avait cinquante filles et son frère jumeau, cinquante garçons. Un oracle lui ayant prédit qu'il devrait se méfier de ses neveux, le souverain quitta le pays avec toutes ses enfants. Mais un jour, ses neveux vinrent lui rendre visite et lui proposèrent gentiment de renouer avec leur famille en les mariant à leurs cinquante cousines. Danaos, qui gardait l'oracle en mémoire, fit mine d'accepter avec joie mais en guise de cadeau de noces, il offrit à chacune de ses filles un couteau et leur fit promettre de tuer leur mari lors de leur première nuit avec lui. Toutes s'exécutèrent, excepté une d'entre elles qui l'épargna. Toutes les Danaïdes se remarièrent ensuite, mais le jeune homme encore vivante, Lyncée, les tua toutes, de même que Danaos. Envoyées dans le Tartare et pour expier leur crime, les jeunes filles furent condamnées à remplir sans fin un tonneau dont le fond était percé. Une autre version de la légende prétend que Danaos n'accepta le mariage qu'après que son frère ait assiégé sa ville, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myriadedunivers.forumactif.fr
Phénix
Admin
Admin
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 22/08/2014

MessageSujet: Re: Les Enfers dans la mythologie grecque   Sam 11 Oct - 16:33

Le fleuve Styx est un des fleuves des Enfers:

Styx était une nymphe, une Océanide, issue de l'union de Téthys et d'Océan. Avec le Titan Pallas, elle eut quatre enfants: Niké, la victoire, Bia, la force, Cratos, la puissance, et Zélus, le zèle. Durant la grande guerre entre les dieux olympiens et les Titans, elle fut avec sa famille la première à accourir au secours de Zeus et après la victoire de celui-ci, la nymphe fut récompensée d'un immense honneur par le roi des dieux: désormais, toute parole donnée au nom de Styx serait irrévocable et tout manquement à cette promesse entraînerait, même pour les dieux, un châtiment des plus sévères.
C'est ainsi qu'à chaque fois qu'un immortel faisait une promesse, il devait jurer en étendant la main sur un vase d'or tendu par Iris, déesse de l'arc-en-ciel, et rempli de l'eau du Styx. On disait également que ce fleuve rendait invulnérable; c'est pour cela que Thétis, à ne pas confondre avec Téthys qui était sa grand-mère, plongea dedans son fils Achille.
La nymphe Styx gouvernait une fontaine d'Arcadie d'où sortait une eau fangeuse et qui avait la réputation d'être empoisonnée. C'est donc de là que part le fleuve qui a pris son nom. En vérité, la rivière qui a inspiré le Styx a pour nom moderne le Mavronéri, situé en Grèce au nord-est de l'Arcadie. Elle plonge d'une falaise de 183 mètres et coule ensuite dans une gorge sauvage. Cette rivière est associée aux Enfers depuis l'époque d'Homère car les Grecs à nouveau, pensait que ses eaux étaient intoxiquées.
Le Styx fait le tour des Enfers. Afin d'accéder au repos ou à la damnation éternelle, les défunts devaient le traverser sur la barque du passeur, Charon, fils des Ténèbres (Érèbe) et de la nuit (Nyx). Pour cela, il fallait le payer avec une pièce que les vivants plaçaient sous la langue du mort. Ceux qui n'avaient pas les moyens de financer ce dernier voyage, les âmes en peine, erraient à tout jamais sur les rives et dans les profondeurs du Styx en implorant les nouveaux arrivants d'enfin les délivrer de ces siècles vagabond.
Car en effet Styx signifie "destinée"...

Ajoutons que "Styx" peut-être utilisé comme juron. Mais il n'y a que moi pour m'en servir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myriadedunivers.forumactif.fr
Oncdonald
Plume de saphir
Plume de saphir


Messages : 197
Date d'inscription : 18/12/2014

MessageSujet: Re: Les Enfers dans la mythologie grecque   Ven 19 Déc - 18:15

Dans les rivières à traverser...
On raconte que Bouddha avait rendu visite à un yogi, qui à force de macérations faisait des miracles. Depuis 15 ans il se tenait sur une seule jambe, comme un héron, et arrivait même à dormir comme ça. Bouddha parle un moment avec lui et lui demande : enfin saint homme à quoi est ce que ça a pu te mener ?
- Parfois, j'arrive à traverser le fleuve en marchant sur les eaux.
Bouddha le regarde, sort une pièce appelle le passeur qui lui fait traverser le fleuve.
- Tu vois il y a des moyens plus simples...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phénix
Admin
Admin
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 22/08/2014

MessageSujet: Re: Les Enfers dans la mythologie grecque   Dim 21 Déc - 17:14

Oui mais s'il avait été le yogi Bouddha aurait économisé une pièce...
Mais les yogi ne sont pas une bonne solution pour le chômage et la crise économique...
Enfin bref il y a du pour et du contre...
Il y a un livre très drôle qui met en scène Bouddha, c'est Maudit karma de David Safier. On y trouve notamment ce passage:
" - Les dictateurs ne sont pas des gens bien ! Protestai-je. Les politiciens non plus ni, à mon avis, les programmateurs de télévision, mais sûrement pas moi !
- C'est pourquoi les dictateurs de réincarnent en autre chose, répliqua Bouddha.
- En quoi ?
- En bactéries intestinales. "
C'est le moment où Bouddha annonce à l'héroïne qu'elle s'est réincarnée en fourmi car elle n'était pas quelqu'un de bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myriadedunivers.forumactif.fr
Oncdonald
Plume de saphir
Plume de saphir


Messages : 197
Date d'inscription : 18/12/2014

MessageSujet: Re: Les Enfers dans la mythologie grecque   Dim 21 Déc - 18:14

Dans Malpertuis de Jean Ray, Cassave un magicien noir, alchimiste etc, envoie le capitaine Anselme qui est une canaille, (et comme il aime la perfection en toutes choses le devient toujours plus), un clerc Doucedame qui en est une lui aussi d'ailleurs, et un équipage en mer Egée, récupérer ce qu'il peut de l'Olympe.
Dans sa maison, Malpertuis, (qui est aussi le nom de la maison de Renard dans le Roman de Renard), Cassave installe après sa mort ce qui reste de sa famille. Jean Jacques Gransire, le docteur Sambucque, les soeurs Cormelon, l'oncle Dideloo sa femme et leur fille adoptive...etc Je ne peux pas tout raconter sinon tu perdrais beaucoup si tu le lis. C'est de loin, le chef d'oeuvre de Jean Ray, et toi qui aime la mythologie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phénix
Admin
Admin
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 22/08/2014

MessageSujet: Re: Les Enfers dans la mythologie grecque   Dim 21 Déc - 18:34

Je l'ai lu Oncdonald, j'ai bien apprécié ! Cela part d'une idée excellente et je me souviens qu'on en avait parlé sur Envie d'ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myriadedunivers.forumactif.fr
Oncdonald
Plume de saphir
Plume de saphir


Messages : 197
Date d'inscription : 18/12/2014

MessageSujet: Re: Les Enfers dans la mythologie grecque   Dim 21 Déc - 20:15

Je trouve qu'on n'oublie jamais les personnages ça fait un bon moment que je ne l'ai pas relu, mais je m'en souviens comme si c'était hier. Le docteur Sambucque gourmand et "grinçant", les soeurs Cormelon qui mangent tout ce qu'elles peuvent pour ne pas être volées dans le partage, l'oncle Dideloo et ses mains baladeuses... le pauvre Mathias Krock, Lampernisse et bien sur Euryale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oncdonald
Plume de saphir
Plume de saphir


Messages : 197
Date d'inscription : 18/12/2014

MessageSujet: Re: Les Enfers dans la mythologie grecque   Dim 21 Déc - 20:33

Pour en revenir au Panthéon, est ce que tu connais un peu celui des gaulois ? Je ne sais pas si tu as lu les animaux fantastiques de R2D2 sur "envie d'ailleurs" ils sont bien souvent reliés aux Dieux gaulois, transformés par la suite sous l'influence de la nouvelle religion qui remplaçait l'ancienne.

Hermés est remplacé par le Mercure gaulois dans son rôle psychopompe, et la légende en a fait la chasse volante, la chasse Galière la chasse sauvage, le chasse Gallery, la chasse du roi Artus, la mesnie Hennequin, la chasse Hennequine etc... vaguement christianisée, puisque c'est pour avoir quitté la messe pendant l'élévation que Galière est maudit, ou pour avoir traversé le champ de l'ermite Martin, ou pour avoir tué le cerf que Martin avait pris dans sa grotte... Chaque région a sa version, mais le gros c'est cette chasse qui part chaque nuit vers les enfers.

Dans le fond en France c'est logiquement le Panthéon gaulois qui a causé le plus de légendes.
Les grands Dieux, de l'amour, de la fertilité, de la guerre, sur lesquels il y avait des textes, des histoires écrites par les poètes, ont souvent été remplacés par des Saints; les petits Dieux de la campagne, qui n'avaient pas droit aux textes écrits, sont devenus ces histoires que les vieux racontaient aux veillées. La maraouque qui attrape les petits enfant qui s'approchent de l'eau pour les noyer, les lavandières de la nuit, qui ne sont jamais que les banshees, qui annoncent les morts... j'arrête parce que j'en ai déjà écrit des tonnes sur "envie d'ailleurs"

À côté de ça, il y a des contes comme celui de la jolie fille de Narbonne, qui sont des adaptations certainement très anciennes, de vieux contes Persans, ou celui de Jean de l'Ours dont l'origine pourrait sans doute dater des habitués de la Grotte Chauvet du temps où elle était une sorte de temple magique ... Il y a 50 000 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phénix
Admin
Admin
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 22/08/2014

MessageSujet: Re: Les Enfers dans la mythologie grecque   Ven 26 Déc - 11:26

Je ne connais pas grand-chose au Panthéon gaulois, juste le strict nécessaire pour ainsi dire... Mais bien sûr j'ai lu les sujet de R2 ^^ Je vais bientôt me lancer dans la découverte de la mythokogie et la civilisation étrusque. Les gaulois viendront après !
Étrangement, je n'ai pas vraiment retenu les personnages de Malpertuis... La fin et l'idée générale m'ont marquée, le reste un peu moins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myriadedunivers.forumactif.fr
Oncdonald
Plume de saphir
Plume de saphir


Messages : 197
Date d'inscription : 18/12/2014

MessageSujet: Re: Les Enfers dans la mythologie grecque   Ven 26 Déc - 13:21

Les étrusques... de sacrés gaillards ! leurs banquets étaient tellement orgiaques qu'ils ont fini par être interdit par les romains, c'est dire. Pas très "moral" tout ça... Je me demande si ces coutumes ne sont pas des restes de la vieille religion des sorcières, ces "rites de fertilité" Pan et les satyres, les nymphes et compagnie, semblent bien venir de là, et ça se "termine", pour le moment du moins, par le tantrisme Indien. Les rites Shiva/Shacti ne sont pas si loin que ça.
Tu devrais essayer de commencer par le début : la mythologie Indienne, Danielou (le frère homo du cardinal) a écrit un très bon livre dessus. Le tantrisme qui se mélange un peu au Bouddhisme Tibétain, la religion de Mohenjo Daro, la civilisation de l'Indus, etc
Il y a du boulot !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phénix
Admin
Admin
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 22/08/2014

MessageSujet: Re: Les Enfers dans la mythologie grecque   Lun 29 Déc - 16:46

Euh... je pense que commencer par la fin serait plus simple... lol!
Ça fait aussi un certain temps que j'aimerais lire la Bible, et les écrits fondateurs de toutes les religions, pour un peu mieux comprendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myriadedunivers.forumactif.fr
Oncdonald
Plume de saphir
Plume de saphir


Messages : 197
Date d'inscription : 18/12/2014

MessageSujet: Re: Les Enfers dans la mythologie grecque   Lun 29 Déc - 17:49

Dans "les croisés du cosmos" de Poul Anderson, pendant qu'un village Anglais est en train de se préparer pour une guerre (ils ne savent pas trop contre qui d'ailleurs), une astronef géante se pose sur la place du village et des extraterrestres qui semblent très bizarre au seigneur de l'endroit qui les prends pour des Sarrazins. Ouvrent la porte. Les gens du village s'approchent, et les extraterrestres en désintègrent un. Furieux le seigneur qui est en armure sur son cheval hurle de le suivre et lance baissée il fonce sur le porte de l'engin. Les extraterrestres sont pris par surprise et à coup de hache et d'épée de toute cette troupe se font tous massacrer. Ils en gardent un vivant, pour qu'il les emmène en terre sainte faire une croisade. Au lieu de ça, quand tout le village est entré hommes d'armes mais aussi les serfs, les paysans, les artisans, l'extraterrestre met en marche un système automatique qui les conduit directement sur sa très lointaine planète.

Je raconte tout ça parce que durant le voyage le moine qui raconte l'histoire essaie de convertir l'extraterrestre, en lui lisant les généalogies de la Bible (il y a rien de plus emmerdant).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phénix
Admin
Admin
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 22/08/2014

MessageSujet: Re: Les Enfers dans la mythologie grecque   Dim 4 Jan - 17:33

Curiosité intellectuelle... Il faut bien lire des livres ennuyeux pour mieux apprécier les chef-d'oeuvres... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myriadedunivers.forumactif.fr
Oncdonald
Plume de saphir
Plume de saphir


Messages : 197
Date d'inscription : 18/12/2014

MessageSujet: Re: Les Enfers dans la mythologie grecque   Dim 4 Jan - 19:16

Ouais enfin, les généalogies de la Bible... comme on n'en connais aucun...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
micro
Plume de diamant
Plume de diamant
avatar

Messages : 644
Date d'inscription : 19/12/2014

MessageSujet: Re: Les Enfers dans la mythologie grecque   Mer 17 Juin - 9:22

lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Enfers dans la mythologie grecque   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Enfers dans la mythologie grecque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liens inactifs dans Outlook Express
» [Résolu] Affichage images dans un mail
» compteur php dans page générée par e-anim
» [Résolu] Texte impossible dans Outlook Express
» Composition de trains dans RRTC 7.0 B1 Gold

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Myriade d'Univers :: Passions d'esprit :: Mythologie-
Sauter vers: